Vivre d'amour
et de poésie

May Lopez

Je m’appelle May. Je suis la fondatrice de Les mots à l’affiche

J’aime. Créer. Réserver un vol pour un pays, encore, inconnu. Écrire. Imaginer. Photographier. Observer le jour qui se lève et sa lumière bleutée.

L’instant où l’avion décolle. Et puis, la vue par le hublot. La mélodie d’un piano, la beauté d’une rencontre, la douceur d’une pluie d’été. Le bruit de pas sur le parquet. Le silence. La justesse d’un roman.

Je crois en la beauté de la vie. Je crois en l’amour. Je crois en la douceur. Je crois en l’humain. Je crois que les rêves sont faits pour être réalisés.

Et vous, en quoi croyez-vous ? 

Le cercle privé

Le cercle est un espace d’exploration et d’échanges

On y parle littérature, entrepreneuriat et créativité. On parle d’amour et rencontres qui éclairent et font battre le coeur un peu plus fort. On s’étonne de la poésie du quotidien et de la beauté des premières fois. On est passionnés, fous et idéalistes. On s’y dévoile vulnérables et sincères. On tremble, on rit, on aime. On a la tête dans les étoiles.

On a des rêves qui n’attendent que d’être réalisés.

Lora, les petites découpes

En créant Les mots à l’affiche, plus que des affiches ; j’ai voulu créer un univers où les mots, le beau papier et l’artisanat français seraient au centre. Je ne voulais pas juste « vendre des affiches », je tenais à mettre du sens derrière. Cela passait bien sûr par les mots choisis sur les affiches, mais aussi par les personnes qui travailleraient avec moi.

Rapidement, j’ai voulu proposer des supports en bois pour accompagner les cartes et les affiches. J’ai embêté mon papa pour que l’on fasse des prototypes ensemble et c’est d’ailleurs toujours lui qui continue aujourd’hui de les fabriquer – et oui, j’ai beaucoup de chance, j’ai un papa talentueux et très patient.

Une fois les supports finalisés, j’ai tenu à apposer le nom « Les mots à l’affiche » sur chaque support. J’ai commencé à chercher du coté des gravures sur bois. Je connaissais le principe et je trouvais ça plutôt joli. Après quelques recherches, le matériel de qualité me semblait un peu trop couteux pour débuter.
Et puis, un soir, j’ai découvert le travail de Lora de Les petites découpes qui travaille le bois au laser. J’ai passé la soirée à découvrir chacune de ses créations en poussant des « oh » et des « ah » d’émerveillement. Elle a beaucoup de goût.

Et ce soir-là, j’ai su que c’est ça que je voulais pour mes supports : c’était à la fois élégant, discret et original. Le lendemain, j’envoyais un premier mail à Lora.
Alors, voilà, c’est Lora qui fabrique les pampilles des supports en bois quee et elle est drôlement talentueuse.

Et le joli porte-clef que vous avez peut-être vu passer en story sur Instagram , c’est un très beau projet avec Lora. L’idée de mettre mes mots sur du bois me rend très heureuse – et j’ai très très hâte.

 

Sandra Azria, avocat TPE/PME

Manifeste de l'entrepreneur

Ce soir, j’avais envie de mettre la lumière sur Sandra Azria. Sandra, c’est mon avocate qui me protège et me guide dans l’évolution de mon entreprise depuis des années. Elle a été la première à me soutenir quand j’ai lancé Les mots à l’affiche et elle m’a aidée à structurer et protéger mon projet.

C’est, grâce à elle, que j’entreprends, chaque jour, de manière apaisée. Elle m’a réconciliée, sans le savoir, avec le droit.  Sandra m’a permis, de comprendre, que le droit était là pour protéger mes créations, ma façon de travailler et me permettre de développer mon activité de manière sereine – et non, comme quelque chose d’opaque et qui fait très, très, peur.

Alors, quand on me demande si j’ai bien protégé mes affiches, déposé mon nom ou encore comment je gère les collaborations au niveau juridique ; je réponds, toujours avec grand sourire, que c’est mon avocate qui gère. Et si vous saviez combien avoir Sandra à mes cotés m’apaise au quotidien et m’évite bien des questions sans réponse, des doutes et des insomnies.

Je sais qu’en France, on a souvent tendance, à prendre un avocat lorsqu’on est confronté à un problème et que l’on n’a vraiment pas d’autres choix. En créant mon entreprise, j’ai fait le choix inverse. Choisir d’être accompagnée par un avocat a été mon tout premier investissement, et si c’était à refaire, je ferai le même choix les yeux fermés aujourd’hui. Je voulais éviter des frayeurs inutiles et faire des bêtises, par ignorance, dès la création de mon entreprise, qui aurait pu lui faire beaucoup de mal. Je voulais aussi me sentir protégée au quotidien sur ce domaine que je ne maîtrisais pas et qui me semble vital.

Et si vous vous posez la question, non, avoir un avocat, ce n’est pas que pour « les grandes entreprises ». Je suis sûre que si vous contactez Sandra, elle vous proposera un forfait adapté à votre situation. Son cabinet est d’ailleurs un cabinet d’avocats dédié aux TPE et PME.

Et aujourd’hui, quand je vois combien l’aide et les conseils de Sandra sont précieux durant ces deux derniers mois, je sais que j’ai fait le bon choix.

Merci Sandra d’être là. Vous faites parties de mes plus belles rencontres.

 

L’affiche oser entreprendre est disponible directement en ligne.

Le Donjon, domaine Saint-Clair

Pour ce troisième jour, je vous embarque en Normandie dans un lieu incroyable : Le Donjon, domaine Saint Clair.

J’ai découvert l’hôtel au printemps 2018 lors d’un séjour en amoureux où je suis tombée sous le charme de ce lieu si particulier. Le Donjon surplombe Etretat et offre une vue unique sur la mer. Je me souviendrai longtemps de ces soirées face à la cheminée et des repas parfaits qui s’ensuivaient.

Quelques mois plus tard, Omar me propose de créer une affiche pour le Donjon. Il l’offrira à ses clients. Je réponds, bien sûr, un grand oui. C’est la toute première affiche que j’écris pour un lieu et je n’aurais pas pu rêver d’un endroit aussi magique. On y ajoute les couleurs, utilisées par Jean-Charles de Castelbajac, pour la décoration d’un des salons du Donjon.

Quelques mois plus tard, encore, Omar me propose cette fois de mettre mes mots, non sur une affiche, mais sur le bureau de la réception. C’était un projet, à l’image d’Omar, un peu fou, unique et poétique. Bien sûr, je réponds oui. On travaille alors avec Le monde de la pierre pour adapter l’affiche à ce nouveau support.
Deux ans après, j’ai encore des étoiles dans les yeux à l’évoquer avec vous. Ce projet fait partie des projets qui ont fait symboliquement grandir Les mots à l’affiche et qui m’ont donné confiance, justement, pour continuer, à grandir moi aussi.

Merci Omar (et Julie), vous êtes merveilleux.

 

 

 

Anne de Papilles et Pupilles

 

Pour ce deuxième jour, j’avais envie de vous parler d’Anne du blog papillesetpupilles.fr. Avec Anne, on s’est rencontrées en Australie lors d’un voyage presse. On s’est tout de suite bien entendues et on a beaucoup ri (et très bien mangé !). Je connaissais le blog d’Anne depuis des années (d’ailleurs, qui ne connait pas Papilles et Pupilles ?) et je me demandais ce que je faisais là, invitée, au bout du monde à coté de personnes qui me semblaient toutes si impressionnantes et si talentueuses – d’ailleurs, à cette question, je n’ai toujours pas la réponse. Anne a été d’une gentillesse infinie avec moi et je sais que si ce séjour fut aussi réussi, c’est en partie grâce à sa joie de vivre, sa simplicité et sa bonne humeur.

En rentrant, Anne m’a proposé de travailler sur la refonte graphique de son blog. C’est sûrement le site avec la plus forte audience sur lequel j’ai eu la chance de travailler et je suis très heureuse du résultat et d’avoir glissé un minuscule bout de moi, ou plutôt de mon travail, dans son blog.

Quand j’ai écrit ma première affiche, Anne a été là. Elle a écrit un très bel article sur mes affiches inspirantes qui a fait beaucoup rougir mes joues. Et ce soir-là de décembre, mon cœur a fait boum. J’avais une fée qui veillait sur mes mots et mes affiches.

Alors, quand deux ans plus tard, j’ai lancé Les mots à l’affiche, c’était une évidence. J’ai pensé à Anne pour écrire une affiche à quatre mains sur la cuisine. Et là, quand elle m’a répondu quelques minutes après, pour me dire qu’elle était bien sûr partante, mon cœur à fait bang.
Merci Anne. Je ne sais pas très bien si tu te rends compte de tout ce que tu as pu m’apporter depuis quatre ans – je crois que non -, je suis très reconnaissante d’avoir croisé ton chemin et de ta confiance (et je me dis que la vie est quand même drôlement chouette !)

Vous pouvez retrouver l’affiche Cuisiner au format A2, mini et PDF à partir de 4.5 par ici :

Le bel estiù

Cela fait vingt mois que mes mots à l’affiche sont nés. C’était le 13 septembre 2018, viedemiettes.fr fêtait ses dix ans. Et je me rends compte de la chance d’être entourée, depuis ce jour-là, de personnes aussi bienveillantes, passionnées et talentueuses. Je crois qu’il ne s’est pas passé un jour sans que je m’étonne de ma chance.

Alors, j’avais envie de vous parler de ces personnes, de ces belles personnes qui m’auront fait confiance, qui m’auront apporté leur soutien. C’est aussi une jolie manière de, peut-être, vous les faire découvrir.

Je voulais commencer par vous parler du Bel Estiù et d’Emilie : le Bel estiù , c’est la maison extraordinaire où l’on a fait la dernière séance photo avec Emilie Eychenne dans le Périgord Noir.

Pour l’anecdote, j’avais eu un coup de cœur, il y a quelques années, pour cette maison de campagne et je l’avais ajoutée dans les endroits à découvrir en amoureux. Et puis, un jour, Emilie a passé une première commande. On ne se connaissait pas et on se suivait, discrètement, toutes les deux sur les réseaux sociaux sans le savoir. J’ai été très touchée et j’ai glissé un mot, dans sa commande, pour lui dire combien j’étais, justement, émue qu’elle connaisse Les mots à l’affiche et qu’elle apprécie mon travail.

Quelques mois après, j’osais lui écrire pour lui proposer, timidement, de photographier les affiches au Bel Estiù. Emilie a mis quelques minutes à me répondre, avec beaucoup d’enthousiasme, et l’aventure commençait. Décembre est arrivé, et la maison était encore plus belle que tout ce que j’avais imaginée – et je me souviendrai longtemps de cette soirée à quatre. Au Bel Estiù, on retrouve cette douceur de vivre et cette poésie que j’essaie de transmettre.

Je pense que l’on est nombreux à avoir envies, de grand espace et de plaisirs simples.

Alors, pour cet été, vous avez trouvé votre maison de campagne parfaite.