Vivre d'amour
et de poésie

May Lopez

Je m’appelle May. Je suis la fondatrice de Les mots à l’affiche

J’aime. Créer. Réserver un vol pour un pays, encore, inconnu. Écrire. Imaginer. Photographier. Observer le jour qui se lève et sa lumière bleutée.

L’instant où l’avion décolle. Et puis, la vue par le hublot. La mélodie d’un piano, la beauté d’une rencontre, la douceur d’une pluie d’été. Le bruit de pas sur le parquet. Le silence. La justesse d’un roman.

Je crois en la beauté de la vie. Je crois en l’amour. Je crois en la douceur. Je crois en l’humain. Je crois que les rêves sont faits pour être réalisés.

Et vous, en quoi croyez-vous ? 

Le cercle privé

Le cercle est un espace d’exploration et d’échanges

On y parle littérature, entrepreneuriat et créativité. On parle d’amour et rencontres qui éclairent et font battre le coeur un peu plus fort. On s’étonne de la poésie du quotidien et de la beauté des premières fois. On est passionnés, fous et idéalistes. On s’y dévoile vulnérables et sincères. On tremble, on rit, on aime. On a la tête dans les étoiles.

On a des rêves qui n’attendent que d’être réalisés.

Fête des mamans

Hier, j’ai passé la journée avec ma maman et ma famille. C’était doux et joyeux. J’ai serré ma chance tout au long de la journée d’avoir une famille – et une maman – aimante, joyeuse et présente. 
On a beaucoup ri, allumé le barbecue et savouré le soleil ensemble. Le monde semble si doux quand on est réunis. Ma famille, c’est ma fenêtre de respiration. C’est mon rempart protecteur contre le reste du monde.

Depuis petite, lors de la fête des Mères, je pense à toutes les personnes qui ont perdu leur maman trop tôt – c’est toujours trop tôt pour perdre sa maman. 
Aujourd’hui, je pense aussi à toutes les femmes qui rêvent d’être maman un jour et pour qui le chemin est long et usant. Pour celles qui ont dû faire le deuil de la maternité. Aux mamans absentes et malades. Celles aussi pour qui la relation mère-fille donne des nœuds dans le ventre et quelques angoisses. 

Et si cela me rappelle l’urgence de profiter chaque jour de ma maman et des gens que j’aime, je pense aussi fort à vous et je suis sûre qu’on est beaucoup à y penser. Vous êtes un miracle. 

Affiche et cadeau Maman dispo à partir de 4.5 euros

Choose, vente privée éthique

Je me rends compte que je vous parle beaucoup de la vente privée sur l’application mobile Choose depuis quelques jours sans vraiment vous expliquer ce que c’est (et que peut-être, en fait, vous êtes plein à vous demander : mais de quoi parle-t-elle ?!) : Choose est une application mobile qui propose chaque jour des ventes privées de créateurs et de marques éthiques. Chaque vente dure une semaine.  


Les remises sont rarement importantes comme on peut le voir sur Veepee ou sur d’autres sites de ventes privées. L’objectif premier est de mettre en lumière des créateurs qui travaillent avec un prix juste tout au long de l’année. 


Alizée m’a contactée en 2020 pour proposer mes produits sur Choose. J’étais très dubitative quand j’ai reçu le premier mail. Je pensais que je ne pourrais jamais m’aligner au niveau des tarifs et des marges des “plus grands”. 


Finalement, on a mis en vente la première vente en septembre et cela s’est très bien passé. 
Qu’est-ce que cela m’apporte ? Une bonne visibilité grâce à Choose et aux autres créateurs présents sur la plateforme, et une augmentation des ventes durant la semaine. 


Qu’est-ce que cela vous apporte à vous ? Une réduction allant jusqu’à 20%, un petit cadeau dès deux affiches achetées et 10 euros de remise si vous passez votre première commande sur Choose avec le code LESMOTSALAFFICHE. 🥳🥳🥳

Pour commander : https://www.appchoose.io/invite/LESMOTSALAFFICHE?source=app

Créer, imaginer, rêver

J’espère que vous avez passé une belle journée et que vous avez pu ralentir et prendre soin de vous : c’est à ça que servent les jours fériés après tout, non ? A prendre soin de soi et de ceux qu’on aime ?

J’accueille souvent le calme de ces jours-là pour écrire-dessiner-cuisiner-photographier. Je prends du temps pour ce qui m’éveille, m’étonne et m’enthousiasme. J’oublie toutes les obligations et contraintes. Je ralentis, je lis, je fais la sieste.

Ce matin, j’ai avancé sur un projet qui me glisse le sourire aux lèvres dès que j’y pense et dont j’ai hâte de vous parler. Vers onze heures, j’ai préparé une glace à la fraise qui attend sagement dans le congélateur.Vers midi, on a cuisiné et dégusté un brunch presque comme à l’hôtel. Il était forcement meilleur puisque préparait, vous savez, avec d’amour.

Et puis, on est allés marcher au milieu des vignes avec Holly. Elle va (déjà !) sur ses dix ans et je m’émerveille chaque jour de la voir courir, en bonne santé et avec tant d’énergie. Je sais ma chance et je croise les doigts pour que cela continue des années. Sur le chemin, j’ai cueilli quelques fleurs sauvages que j’ai glissées dans un vase en rentrant.

Depuis, je l’observe en m’étonnant de la poésie et délicatesse de la nature. Finalement, je me dis que tous les jours devraient ressembler à ça : créer, imaginer, rêver.

Affiche Vivre est disponible juste ici (et elle aide à réaliser ses rêves)

La vie récréative

Souvent, le samedi ou le dimanche, je travaille après mon réveil, quelques heures, avant de profiter de la journée. L’univers tout entier semble encore dormir. 
J’aime écrire dans le calme sans l’avalanche de notifications qui s’accumule. Mes pensées me paraissent claires. Je suis apaisée et plus productive. Je vais à l’essentiel. 


Il me semble loin le temps où je passais systématiquement mes week-ends à travailler. Je l’ai fait durant des années. Et d’ailleurs c’est sûrement ce qui m’a permis, dès la sortie de mes études, à parvenir à vivre de mon activité d’indépendante. J’avais vingt-trois ans et je sortais de l’école. Je ne comptais pas les heures. Je palliais mon manque d’expériences en y consacrant beaucoup (beaucoup !) de temps et d’énergie. Je ne regrette absolument rien et cela a plutôt bien fonctionné. J’ai fait le choix de mettre le curseur, très tôt, sur ma carrière professionnelle. Je ne suis pas la meilleur des amies ou des petites copines. On ne peut pas tout réussir et notre temps est limité. Je crois que l’essentiel est de faire des choix conscients, tout en ayant conscience que la perfection n’existe pas.


Vivre de mes mots et de ma créativité était un rêve de petite fille. Je mesure encore aujourd’hui chaque jour ma chance et le luxe de vivre de ma passion, de rencontrer et de travailler avec des personnes formidables et inspirantes, et de pouvoir mettre en lumière des textes qui m’ont émerveillée, interrogée ou encore fait grandir. 


J’ai à nouveau travaillé plus que de raison lorsque j’ai lancé Les mots à l’affiche. Je vivais, dormais, respirais pour mes mots et affiches. C’était incroyable. J’avais une énergie débordante. J’essaie depuis quelques mois – et sûrement aussi grâce à l’arrivée de @lesmotsdecelia – de structurer mes semaines un peu plus équitablement avec ma vie personnelle. Si je suis loin de compter mes heures, j’essaie d’être aussi un peu plus présente pour les personnes qui comptent. 


Alors voilà, je vais répondre à quelques derniers mails, fermer l’ordinateur et profiter de mes essentiels. 

Bilan des premiers mois 2022

J’ai l’impression que cela fait une éternité que je n’ai pas écrit ici. Au fil des mois, je me suis habituée à cet espace d’écriture. C’est aussi l’occasion de prendre du recul et de la hauteur sur ce que je mets en place.

J’espère que vous allez bien et que les beaux jours vous apportent son lot d’énergie et de la joie. A Toulouse, le printemps est là. Le ciel est bleu et les arbres sont en fleurs. Et comme chaque année, je m’étonne de la beauté de la nature qui s’éveille.
Et qui, par écho, réveille ma créativité.

Après de longs mois d’hiver, j’ai l’impression de voir la lumière. Comme pour beaucoup, le début de l’année a été compliqué : la crise sanitaire qui se poursuit et accentue les inégalités. Puis la guerre en Ukraine et les élections présidentielles. 

Au-delà du moral qui a joué aux montagnes russes, il y a eu une hausse des matières premières. Que cela soit le coût du papier, des impressions … ou encore des enveloppes et des cartons pour préparer les commandes pouvant aller jusqu’à 50%. 

Pour le moment, j’ai décidé de ne pas augmenter les prix des affiches. J’ignore si c’est la bonne décision d’un point de vue « chiffres » (même si j’ai une petite idée…). Je sais, en revanche, que je n’avais pas le cœur de le faire durant la tempête. Je ferai le point en septembre lors de l’anniversaire de Les mots à l’affiche.

Au-delà des coûts, on a vu pour la première fois en février une légère baisse des commandes par rapport à l’année précédente que cela soit par les particuliers ou les points de vente de plus en plus frileux vu le contexte économique et politique.
Bonne nouvelle, tout semble revenir à la normale depuis quelques semaines.  
Durant cette période, je me suis beaucoup remise en question – d’autant plus que Célia m’a rejoint en janvier après des mois à hésiter sur le côté « raisonnable financièrement» de prendre une personne en alternance. 

Si aujourd’hui encore rien n’est vraiment réglé, tout semble doucement se mettre en place. J’ai à nouveau de l’énergie, des idées et des pistes pour les prochains mois et des idées plein la tête pour diversifier les rentrées d’argent. On a aussi pris nos marques avec Célia et adapté notre organisation. C’est un brin différent de travailler seule – et d’avoir une bonne partie des informations confinés dans ma tête – et à deux. 
Si j’en avais conscience en théorie, la mise en pratique a mis plus de temps que je ne l’aurais imaginé. Mais comme je le répète chaque jour : on va y arriver.
Petit à petit, l’oiseau fait son nid. 

Je vais également accompagner deux très beaux projets au niveau de leur communication visuelle et en ligne (coucou Elisa et Margarida, j’ai hâte de voir ce que l’on va faire ensemble !). 

À côté, on travaille avec Célia sur la personnalisation des affiches que cela soit pour des hôtels, des restaurateurs, ou encore des offices de tourisme. On est aussi en train d’élargir notre réseau de points de vente aux fleuristes et aux comités d’entreprise. D’ailleurs, si cela peut vous intéresser, vous pouvez répondre directement ce mail pour que l’on échange ensemble. 

On travaille enfin sur un programme d’ambassadeurs. Si vous voulez en faire partie, vous pouvez m’envoyer déjà un mail.  

Et surtout et l’essentiel, je parviens à accueillir à nouveau les incertitudes avec sérénité et joie comme faisant partie intégrante de l’aventure
Parce que dans le fond, je sais bien que c’est ça entreprendre et ce que j’aime par-dessus tout : créer, innover, oser, se dépasser, avoir peur, s’étonner et apprendre. Chercher l’équilibre.