Vivre d'amour
et de mots

May Lopez

J’aime. Créer. Réserver un vol pour un pays, encore, inconnu. Écrire. Imaginer. Photographier. Observer le jour qui se lève et sa lumière bleutée.

L’instant où l’avion décolle. Et puis, la vue par le hublot. La mélodie d’un piano, la beauté d’une rencontre, la douceur d’une pluie d’été. Le bruit de pas sur le parquet. Le silence. La justesse d’un roman.

Je crois en la beauté de la vie. Je crois en l’amour. Je crois en la douceur. Je crois en l’humain. Je crois que les rêves sont faits pour être réalisés.

Le cercle privé

Le cercle est un espace d’exploration et d’échanges

On y parle littérature, entrepreneuriat et créativité. On parle d’amour et rencontres qui éclairent et font battre le coeur un peu plus fort. On s’étonne de la poésie du quotidien et de la beauté des premières fois. On est passionnés, fous et idéalistes. On tremble, on rit, on aime. On a la tête dans les étoiles.

On a des rêves qui n’attendent que d’être réalisés.

Soldes chez Les mots à l’affiche ?!

Je voulais vous parler des soldes et vous expliquer mon cheminement. 

Si j’ai décidé de ne proposer que des collections permanentes avec Les mots à l’affiche, c’est avant tout pour ne pas avoir de pertes. C’est quelque chose qui me chagrine et me met très mal à l’aise : proposer des objets « jetables ». 

J’ai voulu imaginer des affiches intemporelles qui nous accompagneraient et dont le sens des mots se dévoilerait au fil des années et de votre vie.

C’est aussi pour cela que j’ai fait le choix d’une typographie élégante et sobre – et pas à la « mode » qui serait marquée 2023 ou 2024 et qui vieillirait mal. C’est dans la même optique j’ai choisi de travailler autour d’un papier brut, à grain, blanc et d’une écriture noire. 

Chaque affiche s’adapte et se fond dans chaque lieu de vie.

Cela m’arrive ne pas pouvoir vendre une affiche quand je me rends compte d’une faute d’orthographe ou d’une tache d’encre ou d’un défaut sur le papier.Généralement, je ne jette pas. Je mets de côté et j’essaie toujours de les donner à des amis (bon, au bout de cinq ans, j’ai fait le tour de mes amis, et des amis de mes amis…), ou à une association.

A cette démarche, je fais une seule exception, chaque année, pour les cartes de voeux.

Au départ, j’ai imaginé que l’on pourrait les conserver comme un marqueur du temps qui passe et les collectionner. Elles sont parfaites aussi en souvenir d’un moment de la vie particulier : un mariage, une naissance, un anniversaire, un diplôme, un nouveau travail.

C’est d’ailleurs généralement ce qui se passe. 

Ce que je n’avais pas pensé : que faire des cartes de voeux que je ne vendrais pas et dont plus personne ne voudrait adopter dès la fin du mois de janvier  ?

Si j’essaie toujours de commander le nombre le plus juste possible, c’est particulièrement délicat pour les cartes de voeux où je dois souvent répondre à des demandes urgentes de professionnels (et qui ont besoin de quantités importantes !) à la dernière minute.

J’essaie de m’adapter et d’ajuster au fil des années : collection sans date importante, collection 2024 réduite, plus de réassort à partir du 15 janvier

L’année dernière, j’ai donné les cartes restantes à plusieurs associations : maternité, bibliothèque où les cartes se sont transformées en marque-pages, association « créative » où les membres ont pu transformer et barrer le 3 de 2023 pour le transformer en 4, et créer autour du temps qui passe et des intentions de 2024.

C’est comme ça que m’est venu l’idée de vous proposer une remise de -30% sur les cartes et affiches de voeux : pourquoi n’y ai-je pas pensé avant d’ailleurs ? 

Je suis sûre que je ne suis pas la seule retardataire qui n’est pas encore envoyé ses voeux. Si vous êtes aussi organisé que moi, cela vous permettra de les adopter à prix doux, et peut-être de vous motiver à envoyer des voeux cette année.

Cela me permettra de ne pas avoir des cartes qui attendent dans un coin de l’atelier à partir de février qu’une gentille personne les adopte.